L'Avènement

Publié le 7 Février 2017

L'Avènement

" J'ai cherché fort fort longtemps et ce que j'ai trouvé c'est le néant. "

 

          Venez que je vous raconte une histoire. Elle se passe en des temps immémoriaux, passé ou futur cela n'a pas de sens dans ce monde là; c'est un monde très différent du notre; les enfants y naissent dans des coquilles. Ils sont produits par centaines, par milliers, par centaines de milliers.

          Mais voilà qu'une enfant va naître; observons ce phénomène plus en détail. D'abord ses bras commencent à bouger, puis ses jambes, elle est prise par un soubresaut de vie, elle se sent à l'étroit dans cette dure coquille. Elle tape contre l'enveloppe transparente, elle gratte les parois, puis cherche quelque chose... Elle l'a trouvé, c'est une bonde. Elle tire dessus avec toute la force que peuvent lui donner ses petits bras, on entend un "plop" et le liquide amniotique se déverse avec fracas hors de la coquille, tellement vite et fort qu'il en brise une partie. Avec des gestes habiles elle agrandit la fissure pour pouvoir plonger dans un autre fluide: l'air.

Tout ce processus, elle le connait par coeur sans jamais l'avoir appris, tout ces longs mois dans cet oeuf n'étaient destinés qu'à briser sa coquille. Elle se retrouve dehors, dans la lumière et l'effroi, la fatigue et le froid.

Elle crie.

C'est le signal. Des êtres méconnaissables viennent la ramasser sur le sol blanc maintenant tâché de sang. Alors on la donne à une personne dans le hall. Dans le hall il y a énormément de monde; certains sont venus de leur plein gré, d'autres ne voulaient pas, d'autres ne savent même pas où ils sont ni ce qu'il se trame ici, ils sont rentés car ils cherchaient un peu de chaleur pour passer le rude hiver qu'est la vie. Quelques uns de ceux là quand ils comprennent ce qui leur attend essayent de s'enfuir, de partir avant qu'il ne soit trop tard, mais entre les remords et la pression sociale, la garde est rude.

Ça y est, elle a été donnée et on lui a donné, un nom : Lak Alm. Ses yeux restent clos tandis qu'elle passe de bras en bras, qu'elle passe de l'autre côté du miroir, elle ignore tout de ce monde qui l'entoure mais dans les profondeurs de son corps à peine né les tremblements de cette vie nouvelle l'ont déjà marquée, au fond, elle sait.

Rédigé par Lady Fairsky

Repost0
Commenter cet article